Dorian Le Goff A Ramassé Les Balles Des Pros À Roland-Garros

Publié le 06/04/2021

 

Du haut de ses 15 ans, le sociétaire du Tennis club municipal (Tcm) de Goussainville partage les souvenirs de son aventure dans les coulisses du tournoi du Grand Chelem français.

Dorian Le Goff (à droite), ici au côté du numéro un mondial Novak Djokovic sur le Court Central, était ramasseur de balles à Roland-Garros pour la première fois. (©France Tv)

Dorian Le Goff a 15 ans, il est classé 15/4 au Tennis club municipal (Tcm) de Goussainville (Val-d’Oise) et a vécu l’une de ses plus belles expériences. Même si l’édition 2020 du tournoi de Roland-Garros était particulière, au moins deux choses n’ont pas changé : à la fin c’est Rafael Nadal qui gagne, et il y avait des ramasseurs de balles ! 

Une journée sur le Central

Parmi ces derniers donc, un adolescent valdoisien, goussainvillois de club depuis six ans.

J'ai commencé le tennis à l'âge de trois ans à Fontenay-en-Parisis où j'ai joué pendant cinq ans et j'ai passé ensuite un an à Puiseux-en-France.

Dorian Le Goff

Mais depuis l’année dernière Dorian Le Goff ne s’est pas seulement entraîné à taper dans la balle avec une raquette, il s’est aussi exercé à la ramasser, le plus vite possible, avec les mains. En point de mire une première participation au tournoi du Grand Chelem français.

C'était ma première expérience comme ramasseur. Ma mère m'entraînait tous les dimanches après avoir regardé des tutos sur internet. Nous avons commencé un an avant. 

Dorian Le Goff

« Des frissons au moment de l’arrivée de Djokovic »

Malgré les circonstances dues à la pandémie de Covid-19 – tournoi reporté, froid et humidité, port du masque, stade quasiment vide – le Valdoisien est aux anges et s’est construit des souvenirs impérissables. 

Le meilleur, c'est la journée que j'ai passée sur le Court Central. J'ai pu y ramasser cinq matchs. C'était comme un rêve à chaque fois, mais le deuxième tour entre Novak Djokovic et Ricardas Berankis (un ancien Sarcellois, Ndlr) m'a particulièrement marqué : voir jouer le numéro un mondial c'était incroyable. Par chance, je me trouvais à côté de l'entrée des joueurs au moment où ils sont entrés sur le court. J'ai eu des frissons au moment de l'arrivée de Djokovi. J'ai pu également ramasser le match Ferro-Rybakina qui était aussi formidable car, même s'il y avait peu de spectateurs, l'ambiance était au rendez-vous grâce à la présence d'une joueuse française. Ceci reste la meilleure expérience de ma vie pour le moment.

Dorian Le Goff

 

Suivez l’actualité immobilière et rejoignez-nous